Menu

Un commercial en chauffage et sanitaire reconverti en paysan boulanger

  • Frédéric moud son grain à la meule de pierre.
  • Frédéric moud son grain à la meule de pierre.
  • Etienne au pétrin "à bras".
En moins de deux ans : bilan de compétence et installation. Rencontre avec Frédéric Jacquelin.

Installé à Bersaillin depuis le 1er janvier 2014 en tant que paysan-boulanger suite à une reconversion professionnelle, Frédéric souhaitait exercer un métier où il pourrait organiser son temps de travail autour de sa famille et non l’inverse.


Frédéric, quel est votre parcours ?

« J’ai commencé par un bilan de compétence et tout naturellement le métier de paysan boulanger s’est imposé à moi, raconte-t-il. J’ai enchaîné dans le cadre du CIF, par une formation de 10 mois au lycée agricole de Montmorot. Parallèlement j’ai commencé à chercher des terres à cultiver et j’ai eu l’opportunité d’acquérir une ancienne ferme laitière. Mon premier travail a été d’aménager un fournil avant d’attaquer les travaux des champs. Travaillant seul depuis 4 ans je me suis associé au 1er octobre 2017 avec Etienne qui lui est à 100 % à la fabrication du pain. Cela me permet de me consacrer davantage aux travaux de et dans la ferme et à la partie commerciale, les livraisons étant effectuées par nos compagnes respectives ».


Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

« C’est pouvoir maîtriser l’ensemble du processus, des champs au pain. On cultive nos céréales –blé, seigle, petite épeautre-, on fait notre propre farine sur meule de pierre, on pétrit, on cuit, on vend. Et puis j’aime la diversité dans ce métier où je suis à la fois paysan, meunier, boulanger, commercial, chef d’entreprise… et artisan, j’ai une formation en maintenance industrielle et je bricole pas mal. Toutes mes expériences m’ont bien aidé. » Certifié aujourd’hui agriculteur biologique, il produit 550 kilos de pain par semaine en 4 journées de boulange.

 

D’autres projets en tête ?

600 arbres fruitiers seront plantés sur le concept de l’agroforesterie –possibilité de cultiver entre les arbres-. Déjà propriétaire de 24 ha, Frédéric souhaiterait arriver à 40 ha. L’idée c’est que la ferme offre une très grande diversité de produits. Ils sont 4 à travailler aujourd’hui, pourquoi pas 7 demain ?


Contact : La ferme des agités 07 78 17 80 56.


Twitshot
Retour aux articles Haut de page